Historique Coeur-Immaculé-de-Marie

Pour mieux servir les fidèles du côté est de la rivière Rouge de la paroisse de Saint-Norbert, une chapelle a été aménagée sous le vocable de Notre-Dame-du-Cap en février 1950.  Cette chapelle est alors située sur le lot de la rivière 164 à Saint-Germain, à l’angle du chemin Sainte-Marie et Traverse.  « J’ai vu aujourd’hui M. le Curé de Saint-Eugène, écrit le Père Lazare.  Il ne demande pas mieux que de me donner une bonne partie de sa paroisse qui confine à la desserte. »  Effectivement, la partie sud de la paroisse Saint-Eugène sera donnée à la desserte Notre-Dame-du-Cap en 1951.  Un curé, le père Aurèle Préfontaine, o.f.m.cap., y est officiellement nommé le 9 février 1953.  Le père Engelbert Thiry, o.f.m.cap., y est nommé curé en 1956.  D’autres prêtres auront la responsabilité de cette paroisse : l’abbé Lionel Bouvier (1958), l’abbé Marie-Georges Bulteau, p.s.s., du Grand Séminaire de Saint-Boniface (sept. 1958 à juil. 1960).

L’abbé Bulteau perçoit très tôt le besoin d’avoir une chapelle pour desservir les familles métisses francophones dans ce secteur de la paroisse Notre-Dame-du-Cap.  La chapelle Cœur-Immaculé-de-Marie est donc construite à Tod (lot 139 ou le 2321, chemin St. Mary’s).  L’abbé Bulteau a vu à faire participer plusieurs séminaristes à ce moment-là, soit dans la construction, l’enseignement de la catéchèse et dans les célébrations liturgiques.  En août 1960, la paroisse Notre-Dame-du-Cap, comprenant la chapelle Cœur-Immaculé-de-Marie, est devenue la responsabilité de Saint-Eugène, dont le curé est l’abbé Lucien Turcot.  Plusieurs vicaires de Saint-Eugène on desservi CIM : Florent Labonté, Donald Côté, Odilon Larochelle, Gérard Toupin, Raymond-Marie Ferron, Paul-E. Boisjoli.  Tour à tour, la chapelle se rattache à Saint-Emile et ensuite à Saint-Eugène.  Cœur-Immaculé-de-Marie dessert également les anglophones de la région.  Entre temps, l’église Notre-Dame-du-Cap, desservant alors Saint-Adolphe, ferme officiellement ses portes le 29 août 1971; les paroisses Saint-Eugène et Christ the King deviennent responsables respectivement des familles d’expression française et anglaise du territoire de cette église.

Le sud de Saint-Vital connait un développement résidentiel important à partir du début des années 1980, dont celui de River Park South.  Un sondage qui y a été mené au mois de mars 1987 révèle qu’il y a près de 400 familles catholiques dans ce secteur, dont environ 75 sont francophones.  En 1988, Mgr Antoine Hacault établit une nouvelle paroisse anglophone dans le sud, soit St. Timothy, et déclare que la chapellenie de Cœur-Immaculé-de-Marie va desservir à nouveau les francophones de Saint-Vital Sud.  L’abbé Odilon Larochelle, curé de Saint-Eugène, en sera le responsable avec l’aide de l’abbé Robert Campeau.

La collaboration de la chapelle CIM se continue avec la paroisse Saint-Eugène.  Ceci est dans l’esprit du mandat diocésain qui nous invite « à bâtir des communautés de foi vivantes, en particulier là où les aspirations légitimes de la minorité francophone requièrent notre soutien pastoral ».

Noms de familles pionnières : Normand, Lafantaisie, Lamirade, Mondoux, Caron, Robidoux, Willeburn, Frobisher, Gaudry, Gobert, Lamontagne, Huff, Roy, Grossman.